Communiqué de presse SALAM DHR lance un programme de stages internationaux en recrutant 13 stagiaires pour la défense des droits de l’homme, de la démocratie et du développement durable

7 août 2020, Londres-Royaume-Uni
Salam for Democracy and Human Rights (SALAM DHR) a entrepris un nouveau programme de stages visant à promouvoir la démocratie, le développement durable et les droits de l’homme au Bahreïn et dans les pays du Golfe. Leur intention est de favoriser le changement politique dans la région du Golfe en interagissant avec le Royaume-Uni, l’Union européenne, les États-Unis et les Nations unies sur les questions urgentes dans la région. Leur première étape a consisté à mettre en place des stages axés sur la défense des droits au sein du Parlement britannique, où les stagiaires assureront la liaison avec les députés et les Lords. Le programme a recruté des étudiants et des diplômés universitaires au Royaume-Uni, dans l’Union européenne et aux États-Unis qui s’intéressent aux sciences politiques et sociales, à l’économie et aux droits de l’homme, afin d’étudier les violations et les pratiques antidémocratiques au Bahreïn et dans le Golfe. Il les forme également au droit international, ainsi qu’aux organes des traités des Nations unies et aux procédures démocratiques du Royaume-Uni.
L’objectif spécifique du programme est de former une nouvelle génération de défenseurs qui utiliseront leurs compétences universitaires et leur passion pour les droits de l’homme pour faire pression sur les gouvernements démocratiques, comme le Royaume-Uni, afin de promouvoir une politique étrangère qui condamne uniformément les violations des droits de l’homme dans le Golfe et cherche à les améliorer. Le programme de stage a jusqu’à présent couvert des sujets importants liés au Conseil de coopération du Golfe (CCG) et les a abordés sous de multiples angles. Il s’agit notamment de l’utilisation des objectifs de développement durable des Nations unies et du lavage sportif pour masquer les violations des droits de l’homme au Bahreïn, de la question de l’apatridie ,de la discrimination contre les Bidoon au Koweït et des aspects importants des relations diplomatiques entre les nations du Golfe, le Royaume-Uni, l’UE et les États-Unis.
Le programme a attiré un groupe diversifié de talents. Amy Whittle, qui étudie l’histoire et la politique à l’université de Lancaster, a expliqué : « J’avais envie d’élargir mes connaissances sur les violations des droits de l’homme dans le Golfe et de jouer un rôle dans la défense de ces droits ».  Elle a ajouté que grâce à Salam, « j’ai reçu les outils nécessaires pour travailler en réseau avec les personnes impliquées dans la défense des droits de l’homme et pour participer à des campagnes qui encouragent le changement des climats politiques actuels ». Cela a été fascinant pour moi et sera une aide fantastique pour mes futures aspirations professionnelles ». Callum Roberson, qui est actuellement chargé de mission au SALAM DHR et qui étudie le droit à l’université d’Essex, a expliqué qu’il avait rejoint le programme de stage parce que « je voulais acquérir de l’expérience en matière de politique étrangère ». Concernant sa formation, il a déclaré : « SALAM DHR vous permet de développer vos intérêts et vos compétences, ce qui augmente votre employabilité ».
SALAM DHR a recruté 13 stagiaires de dix pays cet été et espère continuer à étendre son champ d’action et ses compétences jusqu’en 2021, avec une équipe talentueuse et très diversifiée de personnes passionnées par le droit, la politique étrangère et la promotion de la cause de la démocratie et des droits de l’homme au sein du Parlement et d’autres organes démocratiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *