Bahrain Forum et SALAM DHR : Une mise à jour des cas de COVID de prisonniers au Bahreïn

Selon le Bahrain Forum for Human Rights et SALAM for Democracy and Human Rights, le premier cas de COVID chez un prisonnier d’opinion a été confirmé le 23 mars à la prison centrale de Jau, au Bahreïn. Au moment de la rédaction de ce rapport, le nombre de cas confirmés de prisonniers d’opinion infectés s’élève à 39. Le Bahrain Forum et SALAM ont averti que la propagation du virus dans les prisons exposerait les détenus et les employés à un danger imminent.

Il est important de noter que trois des cas souffrent également de maladies chroniques : Fadhel Muhammed Ridha Baddah, Ahmed Muhammed Saleh et Muhammed Al-Sankees. En outre, les prisonniers d’opinion sont généralement détenus dans des cellules et des quartiers surpeuplés. Il a été confirmé que quatre des cas d’infection susmentionnés résidaient dans un quartier contenant plus de 150 prisonniers d’opinion, le quartier n° 2 du bâtiment n° 21 de la prison centrale de Jau.

Les deux organisations se sont inquiétées du ralentissement et de la diminution du nombre de libérations de prisonniers d’opinion à la lumière de la pandémie ; la libération de 677 prisonniers d’opinion a été enregistrée depuis mars 2020. Parmi ces cas, beaucoup avaient déjà terminé leur peine avant leur libération.

Les deux organisations ont également indiqué que la forme la plus grave de torture et de mauvais traitements détectée ces dernières années dans les prisons est le “refus de soins médicaux”. De janvier 2018 au 15 mars 2021, 776 cas de violations du droit de recevoir un traitement médical approprié et nécessaire ont été recensés.

Dans les cas précédents, la détérioration des conditions de détention avait suscité de nombreuses plaintes qui ont conduit à de nombreuses protestations exigeant de l’administration pénitentiaire qu’elle respecte les normes minimales pour le traitement de ses détenus. Les plus marquantes de ces protestations ont eu lieu en 2013 à la prison de Hidd et en 2015 à la prison centrale de Jau.

Dans une déclaration publiée le 25 mars 2020 par le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits humains, la Haut-Commissaire Michelle Bachelet a fait part de sa vive préoccupation concernant la surpopulation carcérale dans un certain nombre de pays du monde. Dans de nombreuses situations de ce type, beaucoup de prisonniers vivent dans des conditions de saleté et d’insalubrité, ce qui peut être la cause de la large propagation du coronavirus. La Haut-Commissaire a appelé à la libération du plus grand nombre possible de prisonniers comme mesure décisive pour enrayer et limiter la propagation du virus COVID-19.

SALAM DHR avait déjà averti le gouvernement de Bahreïn du danger que la pandémie de COVID-19 atteigne les prisons (https://salam-dhr.org/?p=4009). Dans la déclaration publiée par l’ONG, 67 organisations arabes et internationales de défense des droits humains ont signé cet avertissement. Aujourd’hui, nous réitérons les recommandations concernant le risque de victimes dans les prisons.

Les obligations légales en matière de droits humains du gouvernement de Bahreïn doivent garantir et assurer la santé et le bien-être de ses citoyens et résidents, y compris les prisonniers, et les protéger des maladies infectieuses et mortelles. La détention d’un très grand nombre d’individus constitue un obstacle aux soins de santé face à la propagation d’une menace sérieuse telle que la pandémie de COVID-19. Les mesures de santé, telles que la prévention de sa propagation par l’éloignement social et physique comme le conseillent les médecins et les spécialistes, ne sont pas appliquées dans les prisons. Par conséquent, il est devenu impératif pour le gouvernement de prendre des mesures rapides, de libérer les prisonniers et de respecter ses obligations envers eux conformément au droit international des droits de l’homme. Comme l’a noté la Haut-Commissaire M. Bachelet, “en vertu du droit international des droits humains, les États ont l’obligation de prendre des mesures pour prévenir les menaces prévisibles pour la santé publique et ont le devoir de veiller à ce que tous ceux qui ont besoin de soins médicaux vitaux puissent les recevoir”.

Voici les noms des détenus infectés par le coronavirus (COVID-19) :

Prisonniers d’opinion infectés par le COVID-19

Numéro Nom Zone Date du test Notes générales

1 Hani Ahmed Eissa Marhoun Al-Sanabis 22 mars 2021

2 Nasser Ya’aqoub Yusef Nasser Adhari 23 mars 2021

3 Fadhel Muhammed Ridha Ali Hassan Ibrahim Baddah Sitra 23 mars 2021, souffre d’une maladie chronique, telle que l’épilepsie.

4 Hussein Sa’id Ibrahim Hassan Ali Sitra 23 mars 2021

5 Sami Ja’afer Abbas Muhammed Ali Al-Sheikh Al-Ma’ameer 23 mars 2021

6 Muhammed Abdullah Yusef Ahmed Al-Sunaikis Al-Sanabis 23 mars 2021, souffre de maladies chroniques

7 Sayed Ali Mousa Ja’afer Alawi Hussein Al-Diraz 23 mars 2021

8 Ahmed Ja’afer Al’ajouz Al Nuwaidrat 23 mars 2021

9 Ahmed Muhammed Saleh Jassem Hassan Ali Bani Jamra 24 mars 2021, souffre de maladies chroniques

10 Sayed Mahmoud Sharaf 24 mars 2021

11 Mujtabba Sadeq Hassan Ali Abdullah Eissa Abu Quwah 24 mars 2021

12 Abdulaziz Ja’afer Abdulaziz Ahmed Jawad Barbar 24 mars 2021

13 Sayed Ahmed Alawi Jawad Mahfouz Ali 24 mars 2021

14 Hassan Jawad Al-Mikhawdher Al-Sanabis 25 mars 2021

15 Nuh Abdullah Hassan Ahmed Hassan Al-Amroum A’ali 25 mars 2021

16 Ali Abbas Hassan Ali Ahmed Al-‘Asfour Al-Diraz 25 mars 2021

17 Abdullah Qassim 26 mars 2021

18 Sayed Qassim Jalil 26 mars 2021

19 Sayed Nizar Ni’ma Baqer Ali Yusef Al-Wada’i A’ali 26 mars 2021

20 Hadi Ibrahim Muhammed Amin Ibrahim Al-‘arab Bani Jamra 26 mars 2021

21 Muhammed Ja’afer Talebb Ja’afer Abdullah Al-Ghisrah Bani Jamra 26 mars 2021

22 Khalil Ibrahim Abdalrasool Al-Diraz 26 mars 2021

23 Nasser Faisal Al-Naboul Sitra 26 mars 2021

24 Ali Furaikh A’ali 26 mars 2021

25 Mansour Al-Nasri A’ali 26 mars 2021

26 Hussein Ali Jum’aa Al-Daih 26 mars 2021

27 Ali Ahmed Ja’afer Ahmed Laith Dar Kulaib 26 mars 2021

28 Mustafa Abdulkareem Ibrahim Ali Hassan Khatem Karzakkan 26 mars 2021

29 Sayed Ahmed Ali Al-Shakhurah 26 mars 2021

30 Ahmed Humeidan 27 mars 2021

31 Hussein Yunis 27 mars 2021

32 Abbas Ibrahim Hassan Al-Majed 27 mars 2021

33 Abduljabar Abdulhussein Tubli 27 mars 2021

34 Hussein Ali Saleh Al-Marzouq 27 mars 2021

35 Ahmed Ali Yusef Jassem 27 mars 2021

36 Sadeq Abdullah al-Ithna’ashar Al-Diraz 27 mars 2021

37 Mazen Mansour Ahmed Al-Wenna Sitra 27 mars 2021

38 Abbas Ahmed Khamees 27 mars 2021

39 Ahmed Jaber Radhi 27 mars 2021

Prison centrale de Jau : Mauvaises conditions de détention et de soins

Certains témoignages reçus de détenus soulignent la dégradation des conditions dans les nouveaux bâtiments par rapport aux anciens. Il n’y a pas de ventilation naturelle disponible : la ventilation est donc limitée au réseau de climatiseurs reliés entre eux dans toute la prison. Ce réseau, contrôlé par l’administration pénitentiaire, est parfois utilisé comme méthode de torture. Il est arrivé en hiver, lorsque le temps était trop froid, que l’administration pénitentiaire allume délibérément les systèmes d’air conditionné et les règle sur une température froide afin de refroidir les cellules à un rythme et une intensité croissante, tout en confisquant les couvertures des détenus afin de les maltraiter.

Quant aux anciens bâtiments, comme le bâtiment n° 4, il n’y a pas de réseau de climatisation en raison de la ventilation naturelle. Cette ventilation est cependant limitée à des fenêtres extrêmement petites situées en haut des cellules, inaccessibles aux détenus et jamais ouvertes. Par conséquent, la lumière du soleil n’est filtrée dans les cellules que par le plafond supérieur. Ces petites fenêtres sont aussi généralement situées dans la salle de bain, bien qu’elles soient parfois placées à l’intérieur de la cellule, et donnent sur les égouts. Par conséquent, l’ouverture de ces fenêtres est tout autant préjudiciable aux détenus que leur maintien fermé et verrouillé.

En ce qui concerne l’espace en termes de quartiers et de cellules, la cellule de deux personnes peut contenir quatre détenus, située spécifiquement dans le bâtiment 4, quartier 4. Si l’on suit cette équation, les cellules qui sont censées contenir six lits ou 8 détenus contiennent 10 ou 12 lits et 14 détenus, respectivement. Certains des détenus de ce dernier type de logement dorment à même le sol. Si l’un des détenus a besoin d’aller aux toilettes pendant la nuit, il peut avoir à marcher sur les détenus qui dorment sur le sol pour atteindre sa destination.

En ce qui concerne la disponibilité de l’eau pour la douche, il y a des moments où l’eau est coupée, parfois pendant un jour ou deux. À certains moments, l’eau potable, également, serait coupée. En effet, depuis 2017, la vente d’eau potable à la cantine est interdite. Elle a été remplacée par un dispositif de désalinisation qui est placé à côté de l’eau sale et qui n’est pas nettoyé.

Les prisonniers n’ont droit qu’à une heure par jour d’exposition au soleil. Le plus souvent, cette heure est annulée, surtout le vendredi, lorsque les policiers ne sont pas d’humeur à transporter les détenus de leur cellule à la cour pour prendre un bain de soleil – ils préfèrent boire du thé.

Parfois, les policiers invoquent des raisons déraisonnables pour empêcher les détenus de prendre un bain de soleil, par exemple un détenu qui pose une question à un policier, ce qui fait que lui-même et les autres détenus sont privés de bain de soleil parce qu’il a posé une question. Par conséquent, les détenus peuvent rester pendant des jours entiers dans leur cellule, sans ventilation naturelle ni lumière du soleil.

De plus, les agents de police autorisent parfois délibérément les détenus à sortir dans la cour pour prendre un bain de soleil à 2 heures de l’après-midi pendant les mois de juillet et août, c’est-à-dire lorsque la température est très élevée et les rayons du soleil très forts et insupportables. Pendant l’hiver, les détenus sont sortis à 6 heures du matin, lorsqu’il fait un froid et que le soleil se lève à peine, parfois accompagné d’un peu de pluie.

Après les périodes de pluie, les détenus sont privés de sortie pour prendre le soleil pendant une période d’une semaine, parfois jusqu’à un mois, sous le prétexte que l’eau de pluie s’est accumulée dans la cour.

Quant à la clinique de la prison, un psychiatre s’y rend tous les mercredis. Il n’examine pas les prisonniers qui lui rendent visite. Il leur prescrit plutôt des médicaments sans les examiner, et les médicaments qu’il prescrit sont des types de pilules narcotiques que les prisonniers politiques ne prenaient pas, et qu’ils prennent maintenant. L’effet de ces pilules est qu’elles font dormir le détenu toute la journée pendant de longues heures.

Dans la plupart des cas, il existe un calendrier officiel des visites de la clinique. Cependant, l’administration pénitentiaire n’est pas tenue de le respecter, mais se contente d’exhiber cette liste lors des visites d’invités officiels. Si un détenu malade venait à se rendre à la clinique, le médecin de la clinique commencerait à montrer sa lassitude et son impatience, prescrivant des médicaments sans l’examiner au préalable. 

Aujourd’hui, il n’y a pas de dentiste présent à la clinique, cependant il y a eu un dentiste surnommé “Abu Khul'”  car il avait toujours recours à l’extraction des dents, même si la situation ne l’exigeait pas.

Si les détenus demandent un rendez-vous à l’hôpital militaire, on leur fixe un rendez-vous au bout de 6 mois environ. Une fois les 6 mois écoulés, les rendez-vous sont reportés pour une période similaire, sous divers prétextes. Les médecins de l’hôpital militaire évitent d’ausculter les détenus. Ainsi, si un détenu contracte une maladie incurable, il peut rester sans traitement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *