Des membres du Parlement européen envoient une lettre au roi Hamad de Bahreïn sur le COVID-19 dans la prison de Jau à Bahreïn.

Le 22 avril 2021, 12 membres du Parlement européen ont adressé une lettre au roi Hamad bin Isa de Bahreïn pour exprimer leur profonde inquiétude face à la gestion par le gouvernement de l’épidémie actuelle de COVID-19 dans les prisons, notamment celle de Jau.

Cliquez ici pour accéder à la lettre: PDF.

La lettre a été signée par les députés suivants, issus de 5 partis politiques européens différents et un député européen indépendant:

Dietmar Köster, S&D

Karen Melchior, Renouveler

Andrea Cozzolini, S&D

Özlem Alev Demirel, la gauche

Fabio Massimo Castaldo, NI

Ernest Urtasun, Verts / ALE

Bernard Guetta, Renouveler

Hannes Heide, S&D

Isabel Santos, S&D

Javier Nart, Renouveler

Nikolaj Villumsen, la gauche

Fulvio Martusciello, PPE

Les députés ont exprimé leur inquiétude face aux mauvaises conditions à la prison de Jau et dans d’autres établissements, ainsi que le manque de transparence concernant la santé des prisonniers, détaillés dans des rapports publiés par des organisations de défense des droits de l’homme, y compris Salam for Democracy and Human Rights, documentant la propagation du COVID-19 dans les prisons et son impact. Les députés ont exhorté le gouvernement de Bahreïn à adopter une approche urgente de santé publique qui s’inspire des normes internationales des droits de l’homme plutôt qu’une approche punitive à l’encontre des prisonniers condamnés à la suite de procès inéquitables ou des prisonniers d’opinion.

Les eurodéputés ont également évoqué leur grief concernant la mort évitable du prisonnier d’opinion, Abbas MalAllah, dont le décès fut causée par la réticence des autorités à lui accorder des soins médicaux au fil des années, et les appels répétés de sa famille à le libérer à cause de sa santé fragile suite à une blessure qu’il a subie après avoir été abattu par un agent de sécurité lors du soulèvement de Bahreïn en 2011. Il a été arrêté le 17 mai 2011, puis condamné à 15 ans et six mois d’emprisonnement, pour avoir participé aux manifestations pendant le soulèvement. Son procès aurait été inéquitable. La lettre mentionne l’incapacité des autorités à lui fournir les soins médicaux urgents dont il avait besoin avant sa mort.

La lettre faisait écho à l’appel lancé par le Haut-Commissariat aux droits de l’homme pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à mener une enquête impartiale et indépendante sur la mort d’Abbas MalAllah, et renouvelait l’appel du 25 mars 2020 du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, qui a exprimé sa grave préoccupation face au surpeuplement des prisons à travers le monde et à recommander la libération du plus grand nombre possible de prisonniers comme mesure décisive pour freiner et limiter la propagation du virus COVID-19.

Les 12 députés ont rappelé au gouvernement de Bahreïn les recommandations formulées par les députés dans la résolution du Parlement européen du 11 mars 2021 sur La situation des droits de l’homme au Royaume de Bahreïn, en particulier le cas des détenus condamnés à mort et des défenseurs des droits de l’homme, et ont exhorté le Roi à :

• Libérer tous les prisonniers d’opinion ou ceux condamnés, à la suite de procès inéquitables les années précédentes (comme le personnel non militaire jugé par un tribunal militaire), lorsqu’il n’y a pas de perspective réaliste de nouveau procès ;

• Libérer autant de prisonniers qu’il est possible de gérer en toute sécurité afin de garantir la sécurité publique, en s’appuyant sur des grâces, des dispositions de punition alternative, ainsi que d’autres dispositions de libération anticipée en raison du temps déjà purgé et de tous les cas dans lesquels il existe un risque sanitaire ;

• Mener une enquête indépendante sur chaque cas de décès en détention, y compris Abbas MalAllah ;

• Profiter de ce moment décisif pour réévaluer et rétablir l’adhésion du Gouvernement de Bahreïn aux normes internationales relatives aux droits de l’homme, telles qu’énoncées dans les rapports des organes des Nations Unies relatifs aux droits de l’homme et dans ceux des groupes de défense des droits de l’homme indépendants, et

• Mettre pleinement en œuvre les recommandations de la Bahrain Independent Commission of Inquiry (BICI)

La lettre envoyée par les députés européens arrive à un moment charnière, avec environ 100 cas de COVID-19 enregistrés dans la prison de Jau à Bahreïn à ce jour. Salam for Democracy and Human Rights et le Forum de Bahreïn pour les droits de l’homme ont indiqué dans une déclaration précédente que les informations reçues concernant le nombre de cas de COVID-19 est beaucoup plus important que celui annoncé publiquement. Les noms restants des prisonniers infectés n’ont cependant pas été obtenus ; la déclaration publiée par la Direction générale de la réforme et de la réadaptation concernant l’état de santé des détenus infectés par le COVID-19 ne contenait aucune information détaillée concernant le nombre réel de prisonniers infectés et la recherche des contacts. Cela a suscité davantage de préoccupations pour les familles des détenus en raison d’un manque de confiance dans le ministère bahreïnie de l’intérieur.

Le Bahreïn a été témoin de centaines de manifestations pacifiques à travers le pays depuis le 28 mars après l’épidémie de COVID-19 dans la prison de Jau. Ces manifestations et protestations étaient réparties dans 44 régions de Bahreïn: Abu Subai ’, Abu Quwah, Eskan Al‘ Aali, Eskan Salmabad, Bil ad Al-Qadeem, AlNabih Salih, Al-Janabiyah, Al-Diraz, Al-Dair, Al-Daih, Al-Sanabis, Al-Shakhurah, Al-Qadam, Al-Kawarah, Al-Malikiya, Al-Markh, Al- Musalla, Al-Ma’ameer, Al-Maqsha ‘, Al-Manama, Al-Na’eem, Al-Nuwaidrat, Al-Hamala, Barbar, Bani Jamra, Buri, Tubli, Jid Hafs, Jid Ali, Dar Kulaib, Damistan , Ras Rumman, Sarre, Sitra, Salmabad, Samaheej, Sanad, Shahrakkan, A’ali, Karranah, Karbabad, Karzakkan, Maqaba, Al-‘Eker.

Le 17 avril 2021, Salam for Democracy and Human Rights, le Forum de Bahreïn sur les droits de l’homme et l’Institut du Golfe pour la démocratie et les droits de l’homme ont publié une déclaration à la suite d’une attaque sanglante lancée par les forces spéciales bahreïnies contre des prisonniers des bâtiments 12 et 13 de la prison de Jau, qui participaient à un sit-in il y a deux semaines, à la suite de la mort d’un autre prisonnier d’opinion Abbas Mal Allah et après que l’administration pénitentiaire ait utilisé la propagation du COVID-19 dans la prison centrale de Jau pour imposer de nouvelles restrictions, telles que l’interdiction de communication entre les prisonniers et leur famille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *